Accueil Non classé Article sur le livre: Accompagner le renouveau, une autre société vue par la banlieue.

Article sur le livre: Accompagner le renouveau, une autre société vue par la banlieue.

2
0
336

Terre entre nos mains  

 Accompagner le renouveau ne tente pas de décrire la banlieue avec ses problématiques et son quotidien. Les médias remplissant parfaitement ce rôle, mais va à contresens en représentant une partie des idées et des rêves de ses habitants qui sont souvent passés sous silence. Cela ne doit pas arranger certaines personnes et certains partis politiques de lire que des citoyens de quartier rêvent d’une société alternative, défendent l’environnement et l’agriculture. Cela surprendra sûrement de lire que la banlieue réclame une économie plus durable et plus raisonnée, de la part d’un milieu social plutôt défavorisé. Certains ne comprendront peut-être pas qu’un milieu aussi fermé que la banlieue s’intéresse au monde, avec ses subtilités et sa complexité . Pourtant quand on grandit en banlieue, les sources d’inspiration et de motivation sont très rares. Avec le temps et au fil des expériences, je me suis aperçu que la plus belle source d’inspiration est le monde lui-même. C’est pour cela que ce livre est dédié à la terre et à son histoire, car il faut l’avouer, elles m’ont sûrement aidé à évoluer dans un milieu qui n’est pas évident du tout. La banlieue pourtant est loin d’être morose. On ne dit jamais que les quartiers sont souvent proches de la campagne et de la nature. On y trouve aussi les principaux équipements d’une ville tels que les stades, les salles de sport et des grands parcs, ainsi qu’une diversité sociale unique.

Le renouveau que nous proposons à travers ce livre est une tentative de créer une fracture dans le temps pour tenter d’infléchir l’ordre du monde. Il ne s’agit pas de provoquer une révolution en abolissant les frontières et en supprimant les banques mais de conserver, voire de généraliser à travers le monde les idées qui fonctionnent comme le système social européen et d’apporter des améliorations dans les domaines en crise. Parmi ces changements, de nouvelles institutions internationales seront incontournables car celles qui sont existantes, ont démontré il y a déjà longtemps leurs limites et leur impuissance.

L’écriture de ce livre m’a aussi permis d’être réellement moi-même et, pour une fois, que tout prenne un sens. Chose difficile tous les jours car il faut sans cesse endosser des rôles, des fonctions et des postes, adhérer et s’identifier à un groupe social et culturel…. Il faut sans arrêt éviter de choquer, de contester les stéréotypes et les normes sociales car on est vite accusés d’anti-systéme, d’antidémocratique ou d’hérétique….Depuis des décennies on nous explique que la banlieue est l’homme malade de la France, qui présente de nombreux symptômes qu’il faut guérir par un plan banlieue. Alors aujourd’hui, c’est peut-être la banlieue qui a un plan pour la société ? La cité n’a décidément pas fini de nous surprendre.

J’ai ressenti le besoin de redéfinir des notions fondamentales qui se sont banalisées dans une société du zapping et de la consommation. Éprouver le besoin de remettre en évidence la notion de la famille et de l’économie, de la spiritualité, de l’environnement et du travail, des notions qui ont toujours structuré l’humain depuis l’aube des temps. Mais aujourd’hui, la confusion nous empêche de redéfinir des priorités et du sens. C’est quand même incroyable, on nous parle chaque jour de l’énergie, de l’économie, de la famille, de la consommation, des centres d’intérêt, de l’éducation, mais il n’y a plus personne pour nous rappeler leur sens véritable, leur rôle originel et leur finalité.

Le développement aussi tient une place particulière dans cet ouvrage car cette dynamique est aujourd’hui complètement occultée par les états- nation. A l’heure j’ écris ces lignes,

l ‘Aquarius a fait escale à Valence ramenant avec lui 630 naufragés économiques et politiques. Cette masse humaine ne représente que la face immergée de l’iceberg car ces mouvements ne vont cesser de s’accentuer avec le réchauffement planétaire. Il y a une véritable urgence d’accompagner les pays sous-développés par la transmission des compétences connues ailleurs et par un programme de développement, alors que l’Union Européenne n’arrive même pas à parvenir à un d’accord sur une politique migratoire.

Le renouveau décrit dans ce livre nécessite plus que jamais de ne pas oublier les valeurs universelles et salvatrices : des valeurs telles que la bienveillance face aux replis nationalistes et identitaires, la rigueur face à la recherche du simple profit et du matérialisme qui détrônent de plus en plus la passion et les vocations militantes, la responsabilité qui disparaît face aux procédures, aux litiges et aux assurances. Les droits fondamentaux également doivent être remis en évidence car la société d’aujourd’hui ne nous incite qu’à posséder, à consommer et à devenir riche mais ne rêvons pas, l’égalité sociale et économique n’existe pas et ne doit pas être le but recherché. Ce qui compte c’est que tous les citoyens du monde bénéficient des mêmes droits existentiels tels que la santé, un logement décent ou l’eau. Les vraies priorités.

La connaissance et l’éducation sont aussi réaffirmées avec force car elles restent les meilleurs remparts contre les comportements déviants, l’échec social, ainsi que le manque d’autonomie. Elles restent les meilleurs moyens de comprendre la complexité du monde ainsi que son état actuel, et demeurent les vrais sources de bonheur et de liberté.

L’Histoire et une quête d’identité accompagnent aussi le lecteur dans ce livre, car le renouveau exige aussi une réconciliation avec nos origines respectives ainsi que notre environnement, que nous avons trop longtemps ignoré. Cette réflexion s’adresse à tout le monde, que ce soit les citoyens de souches ou les autres. Il y a sûrement peu de points communs entre la France de 2018 et le royaume de Francois 1er. Entre les banlieues de France et la ruralité du moyen-Âge. Il n’y a également pas grand-chose de commun entre les milliers de clochers de village et la laïcité française. Pourtant tout ceci est un tout, et est en nous. Toutes les guerres et les civilisations, les événements et les personnes marquantes n’ont pas toujours fait l’unanimité mais forcent l’admiration et le respect car ils sont authentiques. Nos histoires aussi méritent une attention car elles aussi sont authentiques.

Le livre se termine enfin par une lettre ouverte au musulmans de France et du monde car la religion musulmane possède aujourd’hui de nombreux spécialistes respectables et très compétents, il faut s’en réjouir, cependant très peu de témoignages sur ce sujet nous parviennent de la banlieue. Cette distinction est importante car elle permet une analyse qui n’est peut-être pas anthropologique ou sociologique mais peut-être plus pertinente et réelle de la part d’un observateur extérieur. C’est également une composante de mon identité, et cela se reflète dans l’ouvrage. Tout comme mes références occidentales et orientales dont je ne fais aucune abstraction.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jonasdjeser
Charger d'autres écrits dans Non classé

2 Commentaires

  1. jonasdjeser

    4 octobre 2018 à 16 h 10 min

    Vous pouvez laisser un commentaire

    Répondre

  2. Mamadou Lé

    6 décembre 2018 à 13 h 58 min

    Très beau livre ! Je vous conseille de l’acheter. Pour voir quelques extraits : https://mamadou-le.iggybook.com/fr/blog/

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Nouveau : Découvrez mon nouveau blog sur la réflexion de l’islam de France.

  Ce nouveau site est dédié à la réflexion de l’islam de France  ainsi que des …