Accueil Non classé Aprés l’epidemie, on fait quoi ?

Aprés l’epidemie, on fait quoi ?

0
0
53

La réflexion du livre «  Accompagner le renouveau » a débutée il y a maintenant 5 ans, et se poursuit encore aujourd’hui. De nombreuses idées sociales, économiques et écologiques abordées dans le livre ne sont que le fruit du bon sens et incarnent ce que devra être naturellement la société de demain, les sociétés sont de plus en plus archaïques sur certains aspects. L’épidémie du Coronavirus pointe d’ailleurs du doigt ces « essentiels » que nous avons oublié : autonomie des sociétés, valeurs sociales, modération, régulation de la société, bien de première nécessité.

Voici certaines propositions d’idées que défend l’ouvrage « Accompagner le renouveau, une autre société vue par la banlieue ».

1-Promouvoir des valeurs universelles qui sont la base des sociétés.

Nous devons redéfinir un socle de principe et de valeur qui doivent résister à l’épreuve du temps et qui doivent demeurer des repères et des idéaux à atteindre. Des principes qui doivent constituer les fondements et les priorités de nos sociétés :

  • Tous les acteurs de la société doivent adhérer à un sentiment de bienveillance et d’unité, il faut le rappeler car trop d’incivilités et d’agressivités subsistent de nos jours.

  • Le véritable progrès serait aussi que demain, tous les citoyens du monde se considèrent responsable du patrimoine végétal, animal et culturel qui nous entoure. Nous sommes responsables de ce que nous possédons, ou de ce que nous voyons chaque jour. Chacun de nous est également responsable de ceux qui ne sont pas autonome dans la vie et dans la société ( autiste, handicap moteur ou psychologique, seniors). Des personnes souvent seules, enfermées chez elle ou mise à l’écart de la société, parfois incapables d’exprimer avec des mots la frustration qu’ils ressentent.

  • La rigueur individuelle et collective est encore largement sous-estimée dans nos sociétés, elle est pourtant capable à elle seule, de bâtir un monde meilleur, plus sûr, plus durable.

  • L’intégrité, c’est parler de nouveau avec véracité, cela consiste à être précis et pertinent dans ses propos, à restituer ce que l’on pense, ce que l’on sait ou ce que l’on a vu, sans prétendre détenir la vérité qui est relative à chacun. L’intégrité, c’est d’honorer de nouveau la confiance que l’on reçoit, préserver le dépôt que l’on nous confie, ou la parole que l’on nous partage. C’est assumer la responsabilité que l’on prend, mais c’est aussi s’abstenir d’un engagement, d’un achat, ou d’une relation dépassant nos capacités, ou nos compétence.

2- Réaffirmer les droits fondamentaux

Le développement des sociétés, avec leurs ambitieux projets immobiliers ne doit plus se faire en mettant de coté les conditions de vie que tous les citoyens et citoyennes de chaque société du monde doivent bénéficier et accéder, il s’agit des droits et des besoins fondamentaux :

  • L‘emploi, le logement, l’éducation, la santé, l’énergie et l’eau potable. Si ces droits ne sont pas honorés, alors la dignité humaine n’est pas respectée, et celui qui cautionne l’insalubrité, l’ignorance, la pauvreté et la misère, celui-là n’est ni un homme, ni un humain.

  • Il faut généraliser, dans chaque pays, un observatoire national qui fasse état, chaque année, de toutes les inégalités sociales et manquements à la dignité humaine : inégalités raciales, culturelles, religieuses, liées à l’âge, liées au sexe, liées au handicap, ceci afin d’établir un rapport qui soit un indicateur de l’état de santé de la société chaque année. Cela se fait déjà dans quelques pays.

  • Les libertés individuelles également, constituent des droits que doivent bénéficier un jour chaque citoyen du monde mais qui devront s’accompagner par plus de responsabilités et de rigueur.

    3-La qualité de vie

Malgré toutes nos prérogatives et nos contre-temps, il ne faut jamais oublier d’apporter de la qualité, du soin et de la valeur à notre vie. Tout comme le monde et le temps évoluent en suivant leurs cours, nous devons, nous aussi choisir notre transformation, évoluer à tous moments, grandir, apprendre et progresser chaque jour. Il est aussi important de faire ce que l’on aime chaque jour, car cela rend les soucis infimes et donne de la valeur à la vie :

  • Une philosophie de vie peut nous aider à structurer notre pensée, mieux orienter nos actions et optimiser notre temps. Nos actions quotidiennes découlent de nos pensées et de nos décisions, qui proviennent elles mêmes de 3 facteurs qu’ils faut davantage cerner et mieux maîtriser: nos émotions, nous font ressentir nos besoins, nous avertissent d’un danger ou nous partagent des impressions, nos convictions ont besoin aussi d’être sans cesse revisitées, requestionnées pour être mis à l’ordre du jo,ur et ont besoin de mûrir car le monde évolue en permanence, et enfin l’intention, qui est le noyau de l’action et de nos paroles. Ces 3 paramètres sont les meilleurs amis de la pensée, ne les perdons plus de vue.

Savoir aussi accepter les changements, les contraintes, telle une branche souple d’un arbre qui se courbe face au vent mais qui ne se brise pas, tandis que la branche dure et ferme qui tente de résister au vent finit par se briser.

  • Le véritable bonheur réside réellement dans les plaisirs simples qui sont tous à notre portée, et même l’investissement au travail peut procurer une satisfaction personnelle. Il nous faut un rythme et une qualité de vie qui s’organise autour de temps forts comme les relations sociales, le travail, le sport et des temps calmes qui nous ressourcent comme la lecture, la relaxation, la nature, la spiritualité ou une activité culturelle.

  • L’un des objectifs de la vie doit être d’acquérir une autonomie par la formation de différentes disciplines, par des expériences différentes, par la transmission des idées et des expériences que chacun possède, et en cultivant notre curiosité. Il faut aussi hiérarchiser les priorités (travail, famille…) et les choses essentielles (santé, subsistance, qualité de vie…) pour ne pas se perdre et perdre son temps dans ce labyrinthe des temps modernes. Ne jamais oublier enfin d’avoir des projets à court et à long terme.

4-renforcer les liens sociaux

Pour espérer avoir, à l’avenir, des citoyens plus enrichis, plus avisés et éclairés, nous devons faire reculer l’indifférence et l’ignorance qu’il y a parmi nous. Nous devons encourager l’échange de nos expériences vécues, de nos savoir-faire acquis, et de nos témoignages uniques qui mourront un jour car ils ont été transmis qu’à très peu de personnes. On peut imaginer de nouveaux événements :

- « la journée de la rencontre », évènement organisé une fois en été, une fois en hiver ou même plusieurs fois dans l’année. Chacun sera invité à porter un t-shirt ou un vêtement customisé (personnalisé), ou même un badge où il mentionnera ses thèmes favoris : littérature, arts martiaux, sports mécaniques, musique, cinéma, montagne, religion, photographie… mais aussi proposera des services solidaires, un savoir- faire ou un simple service.

-On peut aussi développer une rubrique dans les magazines mensuels ou l’affichage digital utilisé par la mairie pour que chaque citoyen puisse manifester ses centres d’intérêt et son éventuelle disponibilité pour un service.

-Toutes les grandes villes du monde doivent également créer un centre d’artistes et des métiers (couvert et découvert) afin de réunir tous les petits travaux manuels rémunérés que l’on peut proposer au public en situation précaire, mais pour également y organiser des activités artistiques, de loisirs et de détente ainsi que la transmission des savoir-faire qui peuvent se transmettre et être partagés au public. Les horaires d’ouverture correspondront au rythme social c’est-à-dire en fin de journée (de 17 heures à 22 heures). Cette initiative pourra se faire dans de grands sites abandonnés et restaurés qui sont nombreux dans le monde. Ce sera un vrai village couvert et ouvert à tous ; on pourra même proposer à des associations, à des artistes et à des professionnels bénévoles d’y siéger de manière permanente ou selon leurs disponibilités.

- Il faut créer plus d’espaces de rencontres, agora, forum, lieu collectif dans les lieux d’ habitations (immeuble, résidence, lotissement) en ville et à la campagne afin que les habitants puissent davantage se rencontrer pour mieux prévenir les conflits et différents.

-Il faut concevoir également un affichage digital aux entrées des habitations afin que chaque voisin puissent proposer des services, ou des dons d objets.

-Les autorités doivent renforcer la citoyenneté en communiquant plus souvent les actes citoyens, en remplaçant les pubs par exemple, à la tv, dans les magazines, sur les affichages digitales municipaux.

-Les États doivent recenser et réaccompagner toutes les personnes isolées, en rupture avec l’emploi et les institutions. C’est aussi un fléau de société qu’il existe des milliers de personnes livrées à elles-mêmes dont plus personne ne prend des nouvelles, usées par la vie, et pas seulement des SDF, enfermées chez elles ou dehors, parfois prisonnières de l’alcool, de la drogue ou même d’une autre personne. Il faut aider ces personnes et les accompagner pour renouer avec la société.

5-L’éducation 

La maison des parents, cette nouvelle institution gérée par les autorités aura pour fonction de rappeler les conseils et les informations essentielles pour renforcer l’éducation, de rappeler les droits et les devoirs de la famille afin de l’aider à mieux répartir et à gérer les tâches (repas, documents administratifs, bricolage, courses, éducation…), de rappeler les valeurs communes essentielles (bienveillance, rigueur, intégrité…) afin de lutter clairement contre les actes malveillants, l’isolement, les comportements déviants… Cela consistera aussi à prévenir et à informer sur les violences conjugales qui prennent des proportions inquiétantes. Elle devra encourager clairement une bonne qualité de vie en recommandant de procurer un maximum d’activités sportives, culturelles, week-ends découvertes, jeux, mais surtout de les pratiquer avec les enfants jusqu’à l’âge adulte.

Elle devra insister sur le rôle de la connaissance, du dialogue et de la bonne ambiance au sein du foyer, dispenser, si c’est nécessaire, un certain nombre d’heures dédiées à l’approfondissement de la langue du pays, rappeler le respect mutuel du voisinage, ainsi que le tri et la responsabilité des déchets et privilégier aussi les activités collectives face aux médias et la télé qui nous individualisent. Il faut familiariser les enfants avec la diversité culturelle et religieuse ainsi qu’à l’égalité entre les hommes et les femmes, donner toute son importance au livre et à la culture au sein du foyer, en partageant des moments communs, sensibiliser à la prise de recul avec les multimédias qui envahissent nos vies. Il est important de transmettre aux parents des notions de premiers secours, des gestes essentiels ainsi que les bons réflexes pour sécuriser la maison (gaz, électricité, chute,..) alerter les secours et de sensibiliser à la détection des sources de danger au sein de la maison. Les accidents domestiques qui engendrent des blessés et des morts sont encore trop nombreux.

En matière de santé, la maison des parents se doit de rappeler le rôle de chaque organe du corps humain qui est encore mal connu, ainsi que les principaux symptômes auxquels sont exposés le garçon et la fille, de transmettre aux parents une certaine connaissance des particularités physiologiques et hormonales des garçons et des filles afin de mieux les accompagner dans leur adolescence. Il est important d’expliquer que le rapport à la maladie diffère selon le sexe. Il ne s’agit pas de se substituer au médecin ni de prendre des décisions médicales, mais de donner quelques repères de santé aux parents afin de ne pas s’alarmer mais de cerner un éventuel danger. Il faut rappeler également qu’il existe des traitements naturels qui ne nécessitent pas de prise de médicament.

Il est aussi important de retransmettre aux parents l’histoire locale de la région et du pays où ils vivent, histoire souvent méconnue et qui tombe dans l’oubli avec la concurrence des multimédias. Éduquer les enfants nécessite la transmission de la mémoire historique et culturelle locale, les événements et les personnalités qui ont marqué la région de chacun. L’égalité des chances et la lutte contre l’échec scolaire doivent passer par les outils culturels, linguistiques et historiques que les parents détiennent équitablement. La transmission identitaire nécessite aussi de se réapproprier l’histoire de notre région et du pays d’origine. C’est une identité complexe qui ne doit plus être vécue comme un handicap mais une véritable richesse. Il faut encourager les enfants à s’initier à au moins trois langues (langue locale, langue d’origine, en cas d’origine étrangère, et l’anglais) et aider les parents à prémunir leurs enfants contre les fausses croyances (théorie non fondée, théorie du complot…) en les encourageant à se poser les bonnes questions.

La relaxation par de brefs moments dans la journée aide les enfants et adultes à se recentrer sur soi, à apaiser les tensions et certaines émotions négatives de la journée. Il faut aussi retransmettre aux familles les bases d’une bonne cuisine équilibrée qui se perd de jour en jour. C’est un domaine qui a besoin d’un réel soutien car ce savoir-faire disparaît indéniablement chez les jeunes adultes et les parents : nous en voyons les conséquences sur le plan de l’obésité et de la santé.. Il faut retransmettre aussi à nos enfants les recettes ancestrales et traditionnelles de nos régions, ce qui est très important pour la mémoire de nos cultures locales respectives car elles se perdent aussi chaque jour. Dans le même esprit, il faut aussi encourager la famille à accomplir des exercices physiques, qui soient simples et quotidiens. Cela donne de l’aisance au corps et l’entretient, comme pour le dos qui est une partie sensible s’affaiblissant avec le temps.

Enfin, il faut transmettre des notions de bricolage aux parents, des notions indispensables à l’entretien et à l’aménagement du lieu de vie familial afin de renforcer leur autonomie. Les tutoriels de bricolage présents de plus en plus sur internet sont une belle initiative qu’il faut encourager.

6-Plan en faveur d un développement durable

L’ordre mondiale et les modèle de sociétés actuels doivent être repenser pour limiter la pollution et le sous-développement, il faut donc que chaque ville et chaque région du monde s’investissent pour la « régulation et le développement raisonné des secteurs d’activités », cela consistera à limiter ou interdire les activités ne répondant pas à un véritable besoin et qui ont un impact négatif ( pollution, déchet, concurrence) et en même temps de développer les services et les activités qui ne sont pas suffisamment développées. Cela aura pour conséquences 3 objectifs ; limiter la pollution planétaire, répondre aux besoins de la société en créant de l’emploi, et enfin de développer une autonomie pour chaque pays.

Mais il nous faudra créer « l’institut des élites » afin de former de nouvelles élites politiques » car celles existantes appartiennent pour la plupart au passé. Il nous faudra également une nouvelle instance mondiale (L’AIDE) l’agence internationale pour le développement et exploitation raisonnée de la planète) qui aura pour mission de :

- S’assurer de la bonne direction des sociétés par un accompagnement et en encourageant la formation d’élites et de sociétés équilibrées (Institutions, secteurs d’activité, aménagement, droits…) ainsi qu’une liberté d’expression-

- Encourager et organiser, entre les différents pays, la transmission des compétences et des savoir-faire absents dans de nombreuses sociétés -

-Redéfinir et réguler la production de tous les besoins de consommation et des services -

-Permettre une autonomie en énergie (énergies renouvelables), en biens de consommation et en secteurs d’activité pour chaque pays -

- Favoriser des normes communes, des armées communes, des droits communs, des échanges commerciaux cohérents -

- Coordonner et mutualiser toutes les institutions mondiales existantes -

- Veiller à l’exploitation raisonnée de la planète et à la protection des espèces en développant des réserves protégées et des quotas d’exploitation raisonnée .

Dans ce nouveau développement, il faudra davantage impliquer les grandes fortunes, les banques et les riches afin de leur redonner une place dans le développement au lieu de simplement les stigmatiser. Il faudra recentrer le développement sur les petites et moyennes villes qui sont en train de mourir, plutôt que de continuer à asphyxier les grandes villes. Définir d’une manière stratégique les commerces et les services afin de les rapprocher de la population pour limiter la dépendance à la voiture. Valoriser les salaires des métiers qui sont indispensables. Favoriser les ramassages collectifs pour les employés travaillant dans les mêmes zones d’activités ainsi que celui des élèves afin de limiter la circulation et les embouteillages. L’urbanisme de demain doit aussi tenir compte de tous les animaux et espèces sauvages afin de ne plus détruire leurs habitats.

-Les taxes internationales devrons avoir un vrai sens dans ce nouveau développement, il sera seulement nécessaire d’exporter et d’importer les matières premières inégalement reparti à travers le globe qu’il ne faut pas taxer, ainsi que les produits artisanaux et les produits de premières nécessités pour les pays qui n’ont pas atteints l’autosuffisance. Il Faut en revanche taxer les biens qui provoquent une concurrence inutile, crée de la pollution et une nuisance pour la santé.

Les médicaments et autres techniques de soins, ont besoins d’un bilan, d’une remise à jour car, nous le savons aujourd’hui, de nombreux symptômes n’ont pas forcément besoin de médicaments ou peuvent être remplacés par des produits naturels ou d’autres techniques de soins. Nous devons donc, à l’échelle mondiale, définir les molécules, les médicaments, les produits naturels ainsi que les méthodes de soins qui répondent à nos besoins de santé, à partir d’un référentiel commun et simplifié, afin d’éloigner tout ce qui est inutile ou, pire encore, ce qui nuit à notre santé.

Nos sociétés ont aussi besoin d’une régulation du monde numérique et d’internet. Cette pratique s’est considérablement développée ces vingt dernières années, avec une accumulation de dérives et d’anomalies. Les sociétés doivent davantage réglementer ce monde virtuel qui échappe à tout contrôle et qui est inacceptable. Inacceptable de voir des scènes de crimes humains en libre circulation, des tortures d’animaux et d’humains, des actes sexuels sous toutes leurs formes et concernant des humains, des enfants, des animaux. Inacceptable de voir l’éloge du terrorisme et de la haine raciale sur la toile en toute liberté.

7-sur le plan culturel 

-Il faut encourager chaque région et chaque nation à se réapproprier son identité culturelle et historique, et que chaque citoyen se rapproprie des élément culinaires, linguistiques et historiques de son identité.

-Les grands musées européens doivent s’engager à restituer certaines œuvres d’arts majeurs qui appartiennent à d’autres pays et qui ont été extraites d’une manière illégale ou sous la contrainte coloniale. Il faut rappeler que la Joconde, bien qu’Italienne a été acheté par François 1er à l’Italie d’une manière légale.

-L’urbanisme moderne doit aussi réintégrer les architectures traditionnelles de chaque région pour les faire revivre ainsi que les espèces végétales régionale (arbres, plantes) que nous ne connaissons pas suffisamment.

- L’apaisement entre certains pays ayant un passé commun et douloureux doit passer par un meilleur dialogue et une reconnaissance mutuelle entre les peuples concernant des tragédies passées qui ont été mal soignés. Il en est ainsi pour la Turquie et l’Arménie, la Chine et le Japon ou l’Algérie et la France.index

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jonasdjeser
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Extrait du livre « Accompagner le renouveau »

Ce premier tome est toujours à la recherche d’un éditeur. « Comme nous l’avons…