Accueil Non classé Économie de l’illusion ou Économie de la raison ?

Économie de l’illusion ou Économie de la raison ?

0
0
81

Vivre exclusivement du secteur touristique, en étant tributaire des voyageurs vivant au bout du monde, ou exceller dans la création de nouvelles taxes fiscales pour réduire le déficit budgétaire, être convaincu que son pays à lui seul peut inonder le monde de ses biens de consommation, ou concentrer le développement de son pays et l’avenir de ses jeunes citoyens dans un unique hydrocarbure. Bienvenue dans ce monde virtuel, qu’est l’économie de l’illusion.

 

Une illusion peut se définir par un détournement d’attention provoqué par une action temporaire ou permanente qui a pour but de rassurer ou de capter l’attention afin de voiler la réalité. C’est ce que nous vivons aujourd’hui. Cette économie de l’aberration ou du simulacre peut fonctionner tant qu’aucun élément extérieur ne vienne perturber son cours et sa trajectoire.

 

Mais voila qu’une épidémie s’invite dans ce système de complaisance et ne vienne provoquer le « grand dévoilement » de cette économie illusoire.

Et voila que les safaris au Kenya pourtant si prisés s’interrompent et mettent le pays au chômage, voila que l’or noir qui fait pourtant autorité sur le marché ne vaut plus grand-chose, et voila que le monde entier attend sont précieux colis qui est en attente de dédouanement dans les entrepôts chinois…

 

Alors que nous reste-il, à coté de cette illusion ? Peut-être l’économie de la raison. Une économie qui n’est pas subit mais une économie qui est choisit. Celle qui nous permet de savoir clairement où l’on va. Cela consiste simplement à se rappeler que le but est l’autonomie et l’indépendance de chaque nation, tout en répondant au besoin de chaque citoyen. L’économie durable et non de l’illusion est celle qui est capable de faire surmonter une crise sociale, sanitaire ou économique à chaque pays. Cela en tenant compte de ce qui passe à l’extérieur, dans les pays voisins et en admettant que l’environnement ne peux pas nous produire indéfiniment des matières premières minérales, végétales et animales sans que cela n’est des conséquences. Cela consiste simplement à ce chaque nation redéfinisse tous leurs besoins essentiels ( alimentaire, matériel, fiscalité modérée, énergie, service, innovation…) et de tout mettre en œuvre pour les produire soi-même. Et ne pas compter sur un touriste ou le prix du baril de pétrole, ou des mesures fiscales pour boucler le budget des fins de mois.

 

Alors en scène…Terre entre nos mains

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jonasdjeser
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Don Quichotte ou la caricature intelligente.

1571, Miguel de Cervantès participe à la célèbre bataille de lépante en méditerranée au cô…