Accueil Non classé la (dément)cratie .

la (dément)cratie .

0
0
145

Je continue à m’interroger sur cette étrange démocratie du XXIe siècle, où les musulmans de France représentent pourtant 10 pour cent de la population, et sont au cœur des élections présidentielles. Pourtant aucun médias ne désirent leur donner la parole, ou plutôt si, seulement pour les faire passer pour des fanatiques dans les reportages, sous couvert de documentaire sur le vivre ensemble. Nous assistons, impuissant à la Trumpisation, ou à la Zemmourisation des esprits. 

Cette  (dément)cratie s’illustre aussi en ce moment, à Paris, avec l’exposition coloniale de Raymond Depardon,  Kamel daoud, le journaliste algérien, a été invité pour commenter cet événement culturel. Mais j’ai eu une pensée de compassion pour lui, car ce chapitre de l’histoire doit l’ennuyer a mourir. Ces nombreux articles en témoignent, pour lui, cet événement historique n’est qu’un détail, sur lequel l’Algérie doit vite tourner la page.

Il y a de quoi s’interroger : pourquoi inviter un journaliste qui n’a jamais exprimé aucun signe de compassion, de curiosité, ou de volonté de comprendre cette tragédie humaine, qui s’est déroulé dans les deux pays ? Pourquoi inviter un observateur qui ne s’est jamais intéressé objectivement à ce chapitre de l’histoire à travers ces articles, et qui doit sûrement jouer l’un des rôles de ses romans, devant les cameras.

A quoi joue t’il ? En Algérie, le journaliste nous dit qu’il tente de conserver ses « indépendances » en ignorant le problème, mais lorsque on l’invite en France pour traiter de la question, le voila devenu l’enquêteur de « meursault », pour savoir qui a tué l’arabe.

Il n’a sans doute pas décliné l’invitation car il ne se refuse jamais, comme d’autres célébrités, un bain de foule , une occasion de s’afficher, d’une manière mondaine et populaire comme le savent si bien le faire,  « l’élite médiatique » qui a droit à la parole, au détriment des autres. N’y a t’il donc aucun autre journaliste algérien, écrivain, ou citoyens, qui aurait davantage mérité d’être invité à cette exposition ?

Mondialisation oblige, il n’y a visiblement pas assez de Français algérien en France, notamment à Paris, à qui nous pourrions donner la parole pour cette exposition. Il est donc nécessaire d’en « importer » un de l’étranger, mais pas n’importe lequel, un qui soit docile, plus patriote que ce que  nous méconnaissons en France. Après cela, comment s’étonner que la machine d’intégration ne fonctionne pas ?

Cette démocratie n’en est finalement pas une, puisqu’elle est sélective, soumis à condition, notamment la « célébrité ».

Sommes nous condamner à écouter éternellement les mêmes personnages, les mêmes discours, et les mêmes points de vues ? 

Ce message s’adresse à ceux qui croient encore, en la démocratie.

Terre entre nos mains

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jonasdjeser
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le pouvoir du divertissement

    Heureusement que nous avons en France, un monde du spectacle, du sport et de…